top of page

ACTUALITÉS

2024-pass-musee
2024_01_couv-pass-annuel-musee-Ameriques-Auch.jpg

Musées auscitains : un nouveau pass annuel

Dès la réouverture du musée des Amériques-Auch le 1er février, va être mis en vente un pass annuel offrant un accès illimité à ses collections mais aussi au musée de la Résistance et de la Déportation et au Trésor de la cathédrale.


Après sa traditionnelle pause de début d’année, le musée des Amériques-Auch va rouvrir ses portes le jeudi 1er février et une surprise attend les visiteurs. A s’adressant à l’accueil, ils pourront acheter au prix de 25 euros un tout nouveau pass annuel offrant un accès illimité au musée des Amériques-Auch, de février à décembre (hors animations et événements spécifiques), mais aussi au Trésor de la Cathédrale et au musée de la Résistance et de la Déportation, de juin à septembre.

Ce pass donne également droit à un audioguide offert pour chaque visite et il permet l’accès gratuit à une visite guidée, à choisir dans la programmation du Pays d’art et d’histoire pour les trois musées.

Ce pass annuel répond à une forte demande de visiteurs fidèles, qui furent plus de 21 000 l’an passé à pousser les portes du musée des Amériques-Auch. Et il est bien sûr très intéressant en termes de prix puisqu’une seule visite au musée coûte 6 euros. De quoi donner envie de multiplier les plaisirs culturels proposés par les trois musées auscitains, désormais en accès illimité avec un nouveau pass annuel !

 

La réouverture du musée des Amériques-Auch, après sa traditionnelle fermeture de début d’année, aura lieu le jeudi 1er février avec les horaires suivants : tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 17h.

Tarifs

Plein tarif : 6€ ; Tarif réduit : 3€ ; Gratuité jusqu’à 18 ans.
Gratuit le premier week-end de chaque mois soit les 3 et 4 février prochains.

Auch, le 26.01.2024

2024-territoire-industrie
2024-01_actu-territoire-industrie.jpg

L’agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne éligible au programme Territoires d’Industrie

L’agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne a participé, ce matin, au comité de pilotage de lancement du programme Territoires d’Industrie présidé par le préfet du Gers.

Eligible à ce programme national qui permet de soutenir le développement de projets industriels, la communauté d’agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne s’est associée pour le montage du dossier d’inscription avec la communauté de communes Astarac Arros en Gascogne. 


Les membres du comité de pilotage ont été accueillis par le maire d’Auch, Christian Laprébende qui, au nom du président de l’agglomération Bernard Pensivy, s’est félicité de l’accession de la collectivité à un programme « qui permet à nos entreprises et porteurs de projets d’accéder à des financements et consacre également la qualité  d’une démarche partenariale entre de nombreux acteurs du territoire ».

Dans le cadre de son plan Grand Auch 2040 et conformément aux préconisations du schéma de cohérence territoriale (Scot), la collectivité ambitionne de créer 1500 emplois à l’horizon 2040. Cela passe par le développement du pôle aéronautique sur le site d’Auch-Lamothe, mais également par le développement d’une industrie agroalimentaire apte à répondre aux besoins de transformation de nos agriculteurs tout en consolidant le développement de filières courtes.


La mise en œuvre de cette stratégie repose sur la reprise de l’abattoir d’Auch, propriété de la collectivité et géré par la société Alliance Abattoir Auch-Gers.


Associée au groupe Vivadour pour le montage du dossier Territoires d’industrie, ainsi qu’aux entreprises locales Alliance Abattoir Auch-Gers, Positronic et JCB Aéro, la communauté d’agglomération Grand Auch Cœurde Gascogne est confortée dans sa démarche et confiante dans l’avenir. 

2023-retour-230-MAA
2023-couv-anniversaire-revolutionnaire-230-ans-musee-Ameriques-Auch.jpg

230 ANS DU MUSÉE : retour sur un anniversaire révolutionnaire

Né de la Révolution Française, le musée auscitain est l’un des plus anciens musées de France qui a connu plusieurs déménagements avant de s’installer dans l’ancien couvent des Jacobins. Il a fêté son 230ème anniversaire le 15 décembre dernier avec une nocturne pleine de surprises.

L’histoire mouvementée du musée d’Auch commence sous la révolution, en 1793, quand les citoyens Dartigoyete et Cavaignac, avec le soutien des révolutionnaires locaux Sentetz et Lantrac, vont par un arrêté officiel du 16 décembre créer un « museum provisoire ». Il s’agit alors du second musée né de la Révolution, après le Museum central de paris (le Louvre). Les premières collections sont exposées dans les locaux de l’école centrale du Gers (aujourd’hui le collège Salinis) puis dans la grande salle de l’Hôtel de Ville, en étant enrichies des découvertes archéologiques locales. Sous l’impulsion de Guillaume Pujos, à qui l’on doit l’exceptionnelle collection précolombienne du musée des Amériques-Auch, le musée est installé en 1919 dans la chapelle du petit seminaire (actuel Centre Jérôme-Cuzin). Il accueille alors le fonds d’atelier du sculpteur Antonin Carlès, légué par sa veuve.

Des traces du passé dominicain


A l’étroit dans ces murs, les collections auscitaines vont connaître un nouveau déménagement pour trouver refuge le 27 décembre 1979 – date de l’inauguration officielle – dans les bâtiments de l’ancien couvent des jacobins, dont la ville s’est portée acquéreur.
Les Jacobins – leur nom vient de la « maison-mère » des Dominicains installée rue St Jacques à Paris – sont présents à Auch depuis 1386, tout d’abord rue des Grazes. En 1409, ils installent leur monastère dans les bâtiments attenants à leur nouvelle église. Celle-ci est issue de l’agrandissement d’une première église dédiée à St Laurent, l’une des plus anciennes de la commune.
A la Révolution, la communauté est dispersée et le monastère sera successivement transformé en écurie, en école apostolique… avant d’accueillir le musée auscitain. Les arches de l’ancien cloître, un escalier d’honneur en pierre et fer forgé… le musée des Amériques-Auch conserve encore des vestiges de ce passé « dominicain », l’une de ses nombreuses vies !

Une nocturne pour l’anniversaire


Le musée des Amériques-Auch a fêté son 230ème anniversaire le 15 décembre dernier. Une nocturne était organisée de 17h à 22h, avec notamment au programme des visites dans une ambiance si particulière à la nuit tombée mais aussi une évocation théâtrale des personnages emblématiques de l’histoire du musée et de ses collections. Ils ont ressuscité pour cet anniversaire exceptionnel qui fut l’occasion pour les élus de réaffirmer l’importance du musée, au cœur des politiques culturelles locales.

Bernard Pensivy, président de l’agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne : « Entièrement rénové en 2019, l’établissement qui multiplie depuis sa réouverture les événements grand public n’a jamais paru aussi jeune. Il est un pilier essentiel de notre politique culturelle. Il contribue aussi au développement touristique et au renforcement de l’attractivité du territoire. »

Florence Filhol, vice-présidente de l’agglomération chargée de la « Politique culturelle » et conseillère municipale : « Je félicite le conservateur Fabien Ferrer-Joly et son équipe qui font au quotidien un travail remarquable comme le démontre une nouvelle fois l’exposition consacrée à l’ancienne civilisation Vicus. Les résultats qui se mesurent en fréquentation sont là : depuis sa réouverture en 2019, plus de 70 000 visiteurs ont poussé les portes de notre musée qui malgré son grand âge, est plein de jeunesse et de fougue. ».

Franck Montaugé, sénateur : « La culture, c’est un moyen de partage et à l’occasion de cet anniversaire, je voudrais partager avec vous ces propos écrits par Krzysztof Pomian « La Révolution a érigé l’accès aux chefs d’œuvre de l’art au rang de Droit de l’Homme ». Ces mots forts montrent l’importance des apports de la Révolution durant laquelle « Le musée devient l’attribut d’une Nation ». Je voudrais remercier tous les conservateurs, agents, et bien sûr tous les maires qui ont œuvré au dynamisme des politiques culturelles successives et qui ont contribué au développement de ce musée qui n’a rien à envier aux prestigieux musées nationaux ».

Retour en images sur la soirée :
2023-nareoux
2023-couv-concertation-Nareoux.jpg

Naréoux : le bilan de la concertation préalable consultable sur le site de l’agglomération

Lors de sa séance plénière du mercredi 13 décembre, le conseil d’agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne a adopté à une très large majorité (46 voix pour, 10 voix contre) le bilan de la concertation
publique préalable sur le projet de zone d’activité économique de Naréoux. 

Le projet Naréoux a fait l’objet d’une concertation poussée et exemplaire. Une notice d’information préalable au public accompagnée d’un registre a été diffusée et mise à disposition du public pendant 6 
mois. Un dossier de concertation préalable accompagné d’un registre ont également été mis à disposition pendant 9 mois sur le site internet de la collectivité ainsi qu’aux accueils de l’hôtel de ville d’Auch et du siège de l’agglomération. 


39 contributions ont été apportées par des citoyens ou des personnes morales. Dix (dont 5 émanant du collectif des riverains) ont exprimé un avis négatif sur le projet, une contribution de la Chambre d’agriculture a demandé des précisions et vingt-six contributions émanant de personnes morales et physiques encouragent le projet. L’intégralité de ces contributions est consultable à compter d’aujourd’hui sur le site de l’agglomération www.grandauch.com

Soucieuse de transparence et de dialogue, la communauté d’agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne est allée au-delà de ses obligations réglementaires en termes de concertation et de consultation du public.

 

L’adoption du bilan de la concertation préalable ne signifie pas pour autant l’arrêt de la consultation du public. Le projet va désormais faire l’objet d’une enquête publique au cours de laquelle chacun pourra de nouveau faire valoir ses arguments auprès du commissaire enquêteur.

Auch, le 14.12.2023

2023-PAH
2023-12-12_couv-renouvellement_Pah_Grand_Auch_Coeur_de_Gascogne.jpg

PAYS D’ART ET D’HISTOIRE : renouvellement d’un label au service du territoire

Mardi 12 décembre au Mouzon, Bernard Pensivy, Président de l’agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne, Michel Roussel, Directeur régional des affaires culturelles et Laurent Carrié, Préfet du Gers ont co-signé la convention de renouvellement et d’extension du label Pays d’art et d’histoire, pour la période 2024-2034.

Jusqu’à présent seules les communes d’ex Grand Auch étaient labellisées Pays d’art et d’histoire au sein de l’agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne. Suite à cette signature, les 34 communes de l’agglomération sont désormais comprises dans le nouveau périmètre, même si des actions de préfiguration étaient déjà proposées dans quelques communes de Cœur de Gascogne.

Le label Pays d’art et d’histoire et ses missions

 

 

Le label Ville ou Pays d’art et d’histoire (VPAH) a été créé en 1985 par le ministère de la Culture. Il est attribué à des territoires engagés dans une démarche active de sensibilisation au patrimoine, à l’architecture et au cadre de vie à destination des habitants, du jeune public et des touristes.

C’est aussi un outil de connaissance, de préservation et de valorisation. Le label concerne tous les patrimoines : historique, architectural, industriel, paysager, vernaculaire, savoir-faire et traditions. 

Les objectifs sont formalisés dans une convention décennale entre l’État et les collectivités labellisées. La DRAC effectue le suivi du label, assure un appui scientifique et l’attribution de subventions. Des guides conférenciers encartés assurent les actions au contact du public.

Les Villes ou Pays d’art et d’histoire forment un réseau national de plus de 200 territoires où le dynamisme est maintenu grâce aux formations et échanges constants. En Occitanie, 29 territoires portent le label. Grand Auch Cœur de Gascogne est le seul territoire labellisé du Gers.

Un bilan positif à l’issue de la première convention

 


L’agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne porte le label via son service de l’animation de l’architecture et du patrimoine. Celui-ci propose chaque mois de l’année de nombreuses actions pour que touristes et habitants, petits et grand, puissent s’emparer des richesses du territoire.

 

Le Pays d’art et d’histoire Grand Auch Cœur de Gascogne, c’est :

 

- une mission d’inventaire pour pouvoir connaître et faire connaître le patrimoine ;

- une quarantaine de thématiques de visites guidées sur le patrimoine historique, artistique, naturel etc. ;

- une offre pédagogique dédiée au jeune public, sur les temps scolaires, extrascolaires et périscolaires ;

- des publications ;

- un cycle de conférences sur l’actualité du patrimoine ;

- des animations spectacles (cluedo®, visites théâtralisées…) ;

- de la signalétique patrimoniale ;- des expositions temporaires ;

- la coordination locale des Journées européennes du patrimoine ;

 

- une application numérique Explore Auch ;

- divers supports de communication…

Au total, plus de 5 100 actions ont été proposées de 2011 à 2021

à près de 105 000 visiteurs !

« Notre patrimoine architectural est une composante essentielle de notre identité »

Bernard Pensivy, président de l’agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne : « Outre l’indispensable mission d’inventaire qui est toujours en cours, nous avons pu développer grâce à ce label une offre pédagogique dédiée au jeune public, produire des publications régulières, proposer des conférences, des expositions, développer une application numérique, mettre en place une signalétique patrimoniale et mener des actions de communication et de médiation régulières.

Faire vivre ce label exige, certes, un effort important de la part de la collectivité, mais cet effort est largement payé de retour, au point que notre service Pays d’Art et d’Histoire s’impose désormais comme un outil de développement territorial incontournable.

Cette nouvelle convention va nous permettre d’aller plus loin. Notre patrimoine architectural est une composante essentielle de notre identité, le témoin de notre histoire, l’expression de notre culture. Aussi est-il non seulement nécessaire de bien le connaître mais aussi de bien le transmettre aux générations futures. »

 

 

Auch, le 14.12.2023

UNE SIGNATURE, SYMBOLE DE L’ENGAGEMENT LOCAL

 

L’extension de ce label (et son renouvellement) vient récompenser l’engagement de l’agglomération en faveur du patrimoine. Elle salue la qualité des actions proposées pendant les 10 premières années d’existence du Pays d’art et d’histoire.

 

En proposant une zone d’action redéfinie et étendue, plus cohérente patrimonialement et administrativement, elle offre une base solide pour penser les beaux projets de demain.

2023-1793-musee-ameriques-auch
2023-11_couv-nocturne-anniversaire-Musee-Ameriques-Auch.jpg

230 ANS DU MUSEE : un anniversaire révolutionnaire

Né de la Révolution Française, le musée auscitain est l’un des plus anciens musées de France qui a connu plusieurs déménagements avant de s’installer dans l’ancien couvent des Jacobins. Il fêtera son 230ème anniversaire le 15 décembre prochain avec une nocturne pleine de surprises organisée de 17h à 22h.

L’histoire mouvementée du musée d’Auch commence sous la révolution, en 1793, quand les citoyens Dartigoyete et Cavaignac, avec le soutien des révolutionnaires locaux Sentetz et Lantrac, vont par un arrêté officiel du 16 décembre créer un « museum provisoire ». Il s’agit alors du second musée né de la Révolution, après le Museum central de paris (le Louvre). Les premières collections sont exposées dans les locaux de l’école centrale du Gers (aujourd’hui le collège Salinis) puis dans la grande salle de l’Hôtel de Ville, en étant enrichies des découvertes archéologiques locales. Sous l’impulsion de Guillaume Pujos, à qui l’on doit l’exceptionnelle collection précolombienne du musée des Amériques-Auch, le musée est installé en 1919 dans la chapelle du petit seminaire (actuel Centre Jérôme-Cuzin). Il accueille alors le fonds d’atelier du sculpteur Antonin Carlès, légué par sa veuve.

Des traces du passé dominicain


A l’étroit dans ces murs, les collections auscitaines vont connaître un nouveau déménagement pour trouver refuge le 27 décembre 1979 – date de l’inauguration officielle – dans les bâtiments de l’ancien couvent des jacobins, dont la ville s’est portée acquéreur.
Les Jacobins – leur nom vient de la « maison-mère » des Dominicains installée rue St Jacques à Paris – sont présents à Auch depuis 1386, tout d’abord rue des Grazes. En 1409, ils installent leur monastère dans les bâtiments attenants à leur nouvelle église. Celle-ci est issue de l’agrandissement d’une première église dédiée à St Laurent, l’une des plus anciennes de la commune.
A la Révolution, la communauté est dispersée et le monastère sera successivement transformé en écurie, en école apostolique… avant d’accueillir le musée auscitain. Les arches de l’ancien cloître, un escalier d’honneur en pierre et fer forgé… le musée des Amériques-Auch conserve encore des vestiges de ce passé « dominicain », l’une de ses nombreuses vies !

Une nocturne pour l’anniversaire

Le musée des Amériques-Auch fêtera son 230ème anniversaire le 15 décembre prochain.

 

A cette occasion, une nocturne est organisée de 17h à 22h (entrée gratuite), avec notamment au programme des visites dans une ambiance si particulière à la nuit tombée mais aussi une évocation théâtrale des personnages emblématiques de l’histoire du musée et de ses collections. Ils vont ressusciter pour cet anniversaire exceptionnel !

Le musée au fil des siècles